Journée mondiale de la Radio

Revoyez la Journée Mondiale de la Radio.

JOURNEE MONDIALE DE LA RADIO 2018

Posted by La Radio de la Paix on Dienstag, 13. Februar 2018

Tournoi de la Fraternité 2017: Une fin d’année heureuse avec le sport

Les loisirs constituent une partie intégrante du travail car ils permettent de se recréer pour mieux redémarrer le travail. Aussi, ne dit-on pas que le sport est un facteur de rapprochement ?

A cet effet, la journée du vendredi 29 décembre 2017 a été décrétée journée sportive à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix. A cette occasion l’ensemble du personnel de ladite institution s’est organisé en plusieurs équipes pour participer à la deuxième édition de son tournoi de Maracana dénommé : « Tournoi de la fraternité ».  Au-delà de son caractère récréatif, et de bien-être physique, ce fut aussi un moment de véritable convivialité entre les agents.

 

Arbre de Noël 2017: Une institutionnalisation acquise

L’arbre de noël est devenu une institution à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix (Fondation FHB). La promesse faite par M. Jean-Noël Loucou, Secrétaire général de la Fondation FHB , lors du premier arbre de noël est désormais une réalité. Il l’a même confirmé dans son allocution d’ouverture, lui qui demeure tant attaché aux enfants et aux valeurs familiales.

L’arbre de noël 2017 a été marqué le 23 décembre 2017 par la présence des représentants de l’annexe d’Abidjan et celle de la radio de la paix dont l’intégration des enfants lui a donné plus d’ampleur.

Avant la distribution des cadeaux par le père noël, place a été faite aux enfants pour l’expression de leurs talents à travers diverses rubriques telles que : « je sais me présenter », « ma voix est aussi belle », « citations du président Félix Houphouët-Boigny ».

Heureux d’avoir reçu de beaux présents, les enfants n’ont pas manqué de manifester leur gratitude à leur affectueux « grand-père », Monsieur le Secrétaire Général, initiateur et parrain de cet arbre de noël.

Un cocktail offert  à toute l’assistance a permis de mettre fin, en beauté, à cette cérémonie qui n’a duré que 3 heures.

 

Des chauffeurs professionnels formés à la Culture de la paix, à la Citoyenneté et à la Lutte contre l’Insécurité Routière

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a organisé conjointement avec le Réseau National pour le Bien Etre des Chauffeurs (RENABEC) et l’Office de Sécurité Routière (OSER) représentant le Ministère des Transports, un séminaire de formation les 29 et 30 novembre 2017 sur le thème: « L’engagement des chauffeurs professionnels pour la promotion de la citoyenneté active, de la culture de la paix et pour la lutte contre l’insécurité routière en Côte d’Ivoire ».

Au cours de ce séminaire des thèmes relatifs à la culture de la paix, au civisme, à la réconciliation, à la réforme du transport en Côte d’Ivoire et à la responsabilité des conducteurs professionnels pour la lutte contre l’insécurité routière ont été abordés.

Ce séminaire visait à inculquer aux chauffeurs professionnels, aux transporteurs et aux syndicats les valeurs de la culture de la paix pour qu’ils apprennent à résoudre les conflits de manière non-violente,  qu’ils soient respectueux des lois et des institutions et du code de la route en adoptant un comportement citoyen.

A l’issue de ce séminaire, les chauffeurs professionnels ont formulé des messages de paix et des recommandations  à l’Etat de Côte d’Ivoire, au Ministère des Transports et à l’OSER.

 

 

Remerciements

REMERCIEMENTS

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix remercie :

Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire,

Son Excellence Monsieur Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, Président du Présidium du RHDP,

Son Excellence Monsieur Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire,

Madame Henriette Dagri-Diabaté, Grande Chancelière de l’Ordre National et Présidente du Rassemblement des Républicains (RDR),

Les représentants du Président de l’Assemblée nationale et du Président du Conseil économique, social, culturel et environnemental,

Monsieur Maurice Kouakou Bandama, Ministre de la Culture et de la Francophonie,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Son Excellence Mansour Shakib Mehr, Ambassadeur de la République Islamique d’Iran,

Madame Katherine Brucker, Chargée d’affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire,

Mesdames et Messieurs les députés, les membres du Conseil économique, social, culturel et environnemental, les président de Conseils régionaux, les maires,

Monsieur le Ministre Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef et les secrétaires exécutifs du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs les membres des instances des partis membres du RHDP,

Monsieur le Recteur de la Basilique Notre-Dame de la paix,

Monsieur l’Imam de la grande Mosquée de Yamoussoukro,

Madame la Vice-gouverneur du District autonome de Yamoussoukro,

Monsieur le Professeur Abou Karamoko, Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny,

Mesdames et Messieurs les professeurs et les chercheurs des Universités publiques de Côte d’Ivoire,

Les étudiants de l’Université Félix Houphouët-Boigny,

Les militantes, militants et sympathisants du RHDP,

Les partenaires institutionnels, commerciaux et les médias nationaux,

qui ont honoré de leur présence les journées commémoratives de l’anniversaire du Président Félix Houphouët-Boigny les 18 et 19 octobre 2017 à Abidjan et Yamoussoukro.

Le Secrétaire général

 

Jean-Noël LOUCOU

Lutte contre la Violence: 60 jeunes formés à la Culture de la paix et à la citoyenneté Démocratique

La lutte contre la recrudescence de la violence dans la région de la Marahoué est une préoccupation majeure pour l’ensemble des populations. En milieu scolaire, c’est avec acuité que les remèdes sont envisagés en vue de circonscrire le spectre de la violence et des actes d’incivisme qui y prennent de l’ampleur. C’est dans ce cadre qu’un atelier de formation et de renforcement des capacités a été organisé à l’endroit des élèves de Zuénoula au Foyer des jeunes, les 20 et 21 octobre 2017. C’est une initiative du Parlement des Jeunes de Côte d’Ivoire (PJCI) section Zuénoula, en partenariat avec la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix (Fondation FHB).

Pendant deux jours, ces jeunes venus de diverses communautés du département, ont été formés à la citoyenneté et à la paix en vue de contribuer à l’instauration d’un climat apaisé et durable et du vivre-ensemble harmonieux dans cette zone de la Côte d’Ivoire. Mieux, il s’agissait de les amener à s’engager dans le processus de réconciliation, de consolidation de la paix et de préservation de la cohésion sociale.

La Fondation FHB qui a assuré la formation et animé les ateliers était représentée par Messieurs KOFFI Yao Ernest, TIE Bi Zaouli Lucien et YA Kouakou Jérôme. A ce titre, quatre thèmes ont été abordés dans le cadre de ces journées d’éducation à la paix. Les thèmes « Introduction à la culture de  la paix » et  « Initiation aux droits de l’homme » furent présentés par le premier nommé. Quant au thème « Initiation à la gestion des conflits », il fut animé par M. Tié Bi. Et à M. YA Jérôme d’animer le module intitulé « Techniques de la communication non-violente ».

Au regard du plan d’action élaboré pour faire le suivi et des recommandations, et face à la pertinence des thèmes abordés, les autorités de la ville, à travers leur porte-parole Monsieur le 3ème adjoint au Maire de la ville de Zuénoula, ont souhaité que les autres couches sociales, allusion faite aux chefs traditionnels, aux élus et cadres, et aux enseignants puissent bénéficier du même atelier.  C’est par la remise des diplômes de participation que cet atelier a pris fin.

 

Journées Commémoratives de la naissance du président Félix Houphouët-Boigny

Les 18 et 19 octobre 2017, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix (Fondation FHB) a ravivé la mémoire du Président Félix Houphouët-Boigny, le fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, par une série d’évènements tant à Abidjan qu’à Yamoussoukro, marquant l’anniversaire de sa naissance; le 18 octobre 1905. Ces évènements étaient dénommés « Journées Commémoratives de la Naissance du Président Félix Houphouët-Boigny » et ont été meublés pendant deux jours par:

  • une messe d’actions de grâce et une conférence publique le premier jour à Abidjan
  • et la projection d’un extrait d’un film d’animation et l’inauguration de la librairie de l’institution à son siège à Yamoussoukro le second jour .

Toutes ces activités avaient pour objectif principal de faire connaître aux générations actuelles, notamment celles qui l’ont pas connu, l’immensité de la dimension de l’homme et de pérenniser son impact tant au niveau national qu’international et de partager les valeurs qu’ils cultivait telles que  l’amour, la paix, la dialogue et le travail. 

La messe d’actions de grâce en l’honneur de « l’Apôtre de la paix »  s’est déroulée dans la matinée du 18 octobre 2017 à la Paroisse Saint Jean de Cocody en présence du président du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et le Paix (RHDP) et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), SEM. Henri Konan Bédié, par ailleurs parrain de ces journées. A ses côtés, il y avait le Vice-Président de la République, SEM. Daniel Kablan Duncan, Mme Henriette Dagri Diabaté, Grande Chancelière de l’Ordre National représentant le Président de la République, des ministres issus du RHDP, des personnalités de tout rang et un public venu nombreux. Le Curé de ladite Paroisse, le Père Hippolyte Agnigori a signifié que nous ne pouvons pas prétendre être des disciples du premier Président ivoirien sans rechercher Dieu et se laisser guider par ses propres sentiments. Pour lui, cet grand homme a tout au long de sa vie posé des actions de foi comme la paix et l’amour du prochain qui sont des exhortations essentielles dans la parole de Dieu.

Le même jour, une conférence publique s’est tenue en début de soirée à l’Hôtel IVOTEL au Plateau sur le thème: « Processus démocratique en Afrique: enjeux et perspectives ». Elle était animé par le Professeur Sébastien Lath Yédoh. Cette rencontre avait pour objectif d’explorer des pistes de réflexions sur les œuvres de paix et de démocratie du « Père de la nation ivoirienne ». Pour le conférencier, le processus démocratique en Afrique a été longtemps marqué par des contraintes aussi bien constitutionnelles, sociales, que politiques et économiques. Cependant, il a souligné qu’il y a un mouvement constitutionnel qui commence à émerger et la mise en place de nouvelles institutions dans plusieurs pays africains.

A cette conférence, le président du RHDP était représenté par M. Sery Bi N’Guessan qui a livré un message fort aux ivoiriens. « Ressaisissons-nous sur la base des valeurs prônées par Félix Houphouët-Boigny, des outils d’exercice du pouvoir, des outils démocratiques pour que notre Côte d’Ivoire retrouve son lustre d’antan. Nous souhaitons que tous les Ivoiriens se mettent autour de ces valeurs pour la construction de cette nation pour laquelle il a donné toute sa vie » a-t-il dit en substances.

Quant au Professeur Jean-Noël Loucou, Secrétaire Général de la Fondation FHB, il a fait remarquer dans son propos les trois images essentielles qu’il ne faut pas altérer en Côte d’Ivoire en ces termes: « Félix Houphouët-Boigny, le cacao qui a fait de la Côte d’ivoire son premier producteur mondial et la Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro. Nous pouvons dire que tout se résume à lui  dans ce pays ».

A la fin de l’exposé du conférencier, des échanges avec l’auditoire ont permis d’approfondir un certain nombre de réflexions et de faire des projections relatives à l’avenir de la démocratie en Côte d’Ivoire.

La seconde journée a eu lieu le 19 octobre 2017 à Yamoussoukro au siège de la Fondation FHB et a enregistré la présence effective du  Ministre de la Culture et de la Francophonie, M. Maurice Kouakou Bandaman. A ces côtés, il y avait aussi la représentante du Président de l’Assemblée Nationale, Mme Célestine Trazéré, celui du Président du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel, M. Maxime Yao, la 1ère Vice-Gouverneur du District de Yamoussoukro Mme Massara Touré, M. Arnaud Kouadio Secrétaire Général de la Préfecture de Yamoussoukro, Mme Katherine Brucker la Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, des autorités administratives et coutumières de la capitale politique et de nombreux acteurs du monde culturel ivoirien.

Dans un premier temps, il y a eu la projection en exclusivité du film d’animation « Dia Houphouët » réalisé par la structure de production Afrikatoon et qui retrace l’enfance du « Sage de l’Afrique ». Une centaine d’élèves venus de différentes écoles primaires de Yamoussoukro ont assisté à cette projection.

Par la suite, la série d’allocutions a été ouverte par Pr Jean-Noël Loucou qui a indiqué que la librairie de la Fondation est non seulement un lieu de vente de livres mais aussi un espace culturel qui permettra  de s’informer sur l’actualité, l’évolution des connaissances qui favorise l’enrichissement de la culture ou la satisfaction de la curiosité intellectuelle. Aussi, a-t-il rappelé que c’est une librairie spécialisée qui proposera des essais, des ouvrages généraux et particuliers, des synthèses, des beaux livres sur la Côte d’Ivoire, l’Afrique et le Monde. Pour lui, cette plateforme de proximité amènera les livres auprès des lecteurs pour faire en sorte que la culture ne se limite pas qu’à Abidjan, afin d’éviter que l’intérieur du pays devienne un « désert intellectuel ».

Avant la coupure du ruban,  M. Maurice Bandaman, en homme de culture averti, a surtout mis en exergue le thème principal de ces journées en ces termes: « Félix Houphouët-Boigny est une lumière. Cette lumière brille toujours dans le cœur des ivoiriens ». « La Côte d’Ivoire est son œuvre. Et notre mémoire, c’est d’abord lui. Et, il nous revient de tracer cette mémoire pour ne pas la perdre » a-t-il conclu.

Il faut rappeler que Mme Katherine Brucker a offert de nombreux ouvrages à la Fondation FHB , au nom de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, afin d’enrichir la toute nouvelle librairie. Ce geste a été hautement apprécié et salué par toute l’assistance. En retour, le premier responsable de la Fondation FHB lui a exprimé sa sincère gratitude pour ce don et a en retour offert des ouvrages éditées et des gadgets produits par l’institution qu’il dirige.

Cette cérémonie d’inauguration a été matérialisée par la traditionnelle coupure du ruban donnant accès officiellement à la librairie de la Fondation FHB par le Ministre de la Culture et de la Francophonie assisté des personnalités présentes. Elle s’est achevée par la visite de ce nouvel espace.

Photos

 

Conférence Internationale de la Paix à l’UNESCO à Paris du 26 au 28 Septembre 2017

Une Conférence internationale de la Paix s’est tenue, du 26 au 28 septembre 2017, au siège de l’UNESCO à Paris. Elle était organisée par l’Organisation mondiale des Bouddhistes (World Fellowship of Buddhists) et la délégation permanente du Royaume de Thaïlande auprès de l’UNESCO, sous l’égide du Vénérable Maître Chin Kung, Président de Pure Land Learning College Association et des Amis de Master Chin Kung à l’UNESCO. Elle avait pour thème : "Créer une société durable de la paix : un héritage du Roi Bhumibol Adulyadej". 

L'Organisation mondiale bouddhiste a, entre autres objectifs, de "travailler au bonheur, à l’harmonie et à la paix sur Terre, et collaborer avec d’autres organisations travaillant aux mêmes fins".

Invitée à cette conférence, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a été représentée par son Secrétaire général, le professeur Jean-Noël Loucou.

Trois jours durant, des participants venus des cinq continents ont débattu des voies et moyens de créer une société durable de la paix. Des communications, des panels, des échanges d’expériences ont porté sur l’éducation inter-religieuse, l’inter religion et la résolution des conflits, la nature, l’être et la foi, la contribution de la culture traditionnelle pour l’être humain.

La première journée a été marquée, dans la matinée, par la cérémonie d’ouverture qui a permis de rendre hommage au défunt Roi de Thaïlande. Tour à tour se sont exprimés le président du Conseil exécutif de l’UNESCO, l’ambassadrice du Salvador, présidente du groupe G 77 + la Chine, la présidente du Groupe Asie-Pacifique, la directrice générale de l’UNESCO, madame Irina Bokova, le Vénérable Maître Chin Kung, les représentants de l’Organisation mondiale bouddhiste de Chine, d’Australie, de la Corée du Sud, de Malaisie, du Népal, des Etats-Unis, de Thaïlande.

L’après-midi a été consacré au débat sur l’héritage du Roi Bhumibol Adulyadej, avec les interventions des professeurs Steve Young de l’université de Harvard, Titus Lebert de l’université de Vienne et du vénérable Phra Anil Sakya.

La deuxième journée a permis d’écouter une communication du professeur Yuli Liu sur "les principes directeurs de la Chine antique". Puis a suivi une table ronde avec les ambassadeurs de l’UNESCO sur l’éducation inter-religieuse. Le Secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche a fait une communication sur "le projet d’Ecole Panafricaine de la Paix et le dialogue inter-religieux dans le processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire". Les débats de l‘après-midi ont porté sur l’inter religion et la résolution des conflits, sur les religions (Christianisme, Bouddhisme, Islam) et l’environnement.

La troisième et dernière journée de la conférence a commencé par une cérémonie internationale du souvenir ancestral. Puis a été débattue l’expérience de l’Organisation mondiale des Bouddhistes, avec des études de cas, notamment le Pure Land Collège de Toowoomba en Australie. L’après-midi, une discussion a porté sur le renforcement de l’éducation religieuse et de l’harmonie sociale vers une meilleure compréhension et acceptation.

Un exposé, avec projection d’un documentaire, a permis une présentation de l’expérience sur la cristallisation de l’eau qui montre comment la pensée agit sur l’environnement. La cérémonie de clôture de la conférence a été marquée par les allocutions du représentant de l’UNESCO, du président de l’Organisation mondiale des bouddhistes et du Vénérable Maitre Chin Kung.

En marge des travaux de la conférence, le Secrétaire général de la Fondation a eu un entretien avec le Vénérable Maître Chin Kung, et des séances de travail avec la déléguée permanente de la Côte d’Ivoire à l’UNESCO, l’ambassadrice Denise Houphouët-Boigny, le directeur du Département Afrique de l’UNESCO, M. Firmin Matoko, avec le Chef de la section développement des médias et société, Mme Mirta Lourenço et le professeur autrichien Titus Lebert.

L’UNESCO a réitéré son soutien pour le projet d’Ecole Panafricaine de la Paix, et pour l’organisation de la Journée mondiale de la radio 2018 au siège de la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro.

Conférence sur la Diversité Culturelle et la Culture de la Paix

Le 25 août 2017, la Directrice du Département de la recherche de la paix de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, Dr Diénéba Doumbia, a prononcé une conférence à l’endroit des leaders de la communauté Djimini-Djamala et de leurs alliés en marge de "la Journée de la diversité culturelle et de la culture de la paix à Yamoussoukro".

Cette conférence qui a porté sur la diversité culturelle et la culture de la paix, a regroupé environ 60 participants provenant des différentes communautés vivant à Yamoussoukro et dans les localités environnantes.

Cette rencontre a été organisée par l’Amicale des Djimini-Djamala en collaboration avec la Fondation Felix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, sous le haut parrainage du ministre du commerce, de l’artisanat et de la promotion des PME, M. Souleymane Diarrassouba, représenté par l’Honorable Aboulaye Traoré. Elle avait pour objectif de promouvoir la diversité culturelle qui est une des valeurs de la culture de la paix. Aussi était-ce l’occasion de montrer la contribution des alliances à plaisanterie dans la recherche de la paix.

Dr Doumbia a, dans son exposé, exprimé sa satisfaction de voir se tenir la journée dédiée à la valorisation de la diversité culturelle. En effet, à l’heure de la réconciliation, l’on peut se réjouir de cette heureuse initiative qui a mobilisé d’une façon exceptionnelle des communautés de Yamoussoukro et particulièrement des autorités administratives et politiques, des chefs traditionnels et religieux, et des journalistes attentifs à la problématique de la culture de la paix et du vivre-ensemble. Ils sont venus de loin pour participer à la célébration de cette journée de la fraternité, de la cohésion sociale et de la culture de la paix. Elle a également précisé que nous devons préserver notre identité culturelle tout en nous engageant dans une interaction positive avec les autres cultures. Pour elle, la diversité culturelle peut constituer un facteur de rapprochement des peuples, d’entente, de coexistence pacifique et de développement.

La Journée dédiée à la diversité culturelle et à la culture de la paix, s’est achevée par un festival de danses où chaque communauté a fait des démonstrations de pas de danses pour exprimer sa spécificité culturelle tout en magnifiant l’entente entre les peuples.

ISESCO : atelier régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix

L’Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) a organisé, du 3 au 6 juillet 2017 dans son Centre régional pour l’Éducation à la Culture de la Paix (CRECP), basé à Yamoussoukro, un atelier de formation régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix. Cet atelier s’est déroulé sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en collaboration avec la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

L’atelier visait à promouvoir la participation des femmes à la prise de décision et à la consolidation de la culture de paix, ainsi qu’à appuyer leur rôle de médiatrices de dialogue et de paix en Afrique dans les domaines de l’éducation, de la politique, de l’économie, de la culture et du dialogue entre les adeptes des religions.

Ont pris part à cet atelier plusieurs femmes parlementaires, présidentes d’universités, chercheurs, journalistes, éducatrices et responsables des associations et groupements féminins, ainsi que des femmes œuvrant dans l’audiovisuel et les réseaux sociaux venant des États africains suivants : Bénin ; Burkina Faso ; Côte d’Ivoire ; Guinée Conakry ; Mali ; Niger ; Togo ; Sénégal et Gabon.

L’ISESCO était représentée à cet atelier par Mme Mariama Niang, spécialiste de programmes à la Direction des Sciences humaines et sociales.