ISESCO : atelier régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix

L’Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) a organisé, du 3 au 6 juillet 2017 dans son Centre régional pour l’Éducation à la Culture de la Paix (CRECP), basé à Yamoussoukro, un atelier de formation régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix. Cet atelier s’est déroulé sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en collaboration avec la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

L’atelier visait à promouvoir la participation des femmes à la prise de décision et à la consolidation de la culture de paix, ainsi qu’à appuyer leur rôle de médiatrices de dialogue et de paix en Afrique dans les domaines de l’éducation, de la politique, de l’économie, de la culture et du dialogue entre les adeptes des religions.

Ont pris part à cet atelier plusieurs femmes parlementaires, présidentes d’universités, chercheurs, journalistes, éducatrices et responsables des associations et groupements féminins, ainsi que des femmes œuvrant dans l’audiovisuel et les réseaux sociaux venant des États africains suivants : Bénin ; Burkina Faso ; Côte d’Ivoire ; Guinée Conakry ; Mali ; Niger ; Togo ; Sénégal et Gabon.

L’ISESCO était représentée à cet atelier par Mme Mariama Niang, spécialiste de programmes à la Direction des Sciences humaines et sociales.

 

Cérémonie de Remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix : Les Lauréats de l’Édition 2017 récompensés

Le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a été remis le 27 juin 2017 au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, au cours d’une cérémonie solennelle. Plusieurs personnalités étaient présentes à cette cérémonie, notamment le président de République de Côte d’Ivoire SEM. Alassane Ouattara, l’ancien président ivoirien et protecteur du prix SEM. Henri Konan Bédié, l’ancien président de la République du Sénégal et parrain du prix SEM. Abdou Diouf, le ministre français des Affaires étrangères M. Jean-Yves Le Drian, la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie Mme Michaëlle Jean et la directrice générale de l’UNESCO Mme Irina Bokova.

Les lauréats pour l’édition 2017 de ce prix sont l’ancienne maire de la ville italienne de Lampedusa, Mme Giuseppina Nicolini et l’organisation non gouvernementale française SOS Méditerranée pour leurs efforts déployés en vue de sauver la vie des réfugiés et des migrants et de les accueillir avec dignité. Chaque lauréat a reçu un chèque d’un montant de 75 000 dollars US, une médaille en or et un diplôme de la paix signé par la Directrice générale de l’UNESCO. L’ONG SOS Méditerranée était représentée à cette cérémonie par ses deux co-fondateurs à savoir M. Klaus Vogel et Mme Sophie Beau.

Il faut rappeler que le prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a été créé en 1989 afin de rendre hommage aux personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la charte des Nations unies et de l’acte constitutif de l’UNESCO. Le jury de ce prestigieux prix est présidé par l’ancien président mozambicain SEM. Joacquim Chissano.

Photos

La Fondation rend hommage à Mme Aïchatou Mindaoudou (ONUCI)

Le 28 mai 2017, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a rendu hommage à la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Son Excellence Aïchatou Mindaoudou, au cours d’une cérémonie organisée à son siège à Yamoussoukro. L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), dont le mandat prendra fin le 30 juin 2017, a rétrocédé sous l’impulsion de Mme Mindaoudou sa radio ONUCI FM à la Fondation FHB, devenue la Radio de la Paix depuis le 1er mars 2017. En plus, des véhicules ont été déjà offerts par l’institution onusienne pour le fonctionnement de cette radio.

Ouvrant la série des allocutions, le Secrétaire général de la Fondation FHB, Pr. Jean-Noël Loucou, a souligné la magnanimité de la Chef de l’ONUCI et lui a exprimé sa gratitude pour ses actions de cohésion sociale qui ont permis le retour de la paix en Côte d’Ivoire. Il n’a pas manqué de rappeler la parfaite collaboration entre l’institution qu’il dirige et l’ONUCI pour la mise en œuvre de plusieurs activités à travers toute la Côte d’Ivoire. « Restez cette vagabonde de la paix qui contribue à son enracinement », a-t-il déclaré.

Mme Mariétou Koné, Ministre de la solidarité, de la femme et de la protection de l’enfant et invitée d’honneur de cette cérémonie, était représentée par son chef de cabinet Pr. Kouamé N’guessan. Ce dernier a remercié la Chef de l’ONUCI pour les résultats positifs qu’elle a atteints à la tête de la mission onusienne.

Pour sa part, Mme Mindaoudou a tenu à dédier cet hommage à ses prédécesseurs et à l’ensemble de ses collaborateurs dont certains étaient présents à cette cérémonie. Aussi, a-t-elle indiqué que le retrait de l’ONUCI doit être un motif de fierté pour les ivoiriens car pour elle: « le maintien d’une mission de paix dans un pays est une anomalie et un mauvais signal ». Pour finir, elle a exhorté tous les Ivoiriens à s’investir individuellement et collectivement pour la consolidation d’une paix durable en Côte d’Ivoire.

Cette cérémonie d’hommage a vu la signature du protocole d’accord portant sur le transfèrement des archives de la radio ONUCI FM à la Fondation FHB. Ensuite, Mme Mindaoudou a offert à la Fondation FHB des documents et des gadgets relatifs à la promotion de la paix.

La fin de cette cérémonie a été marquée par la remise de présents à Mme Mindaoudou par la Fondation FHB et surtout le dévoilement de la plaque du studio de Radio de la Paix portant son nom.

Il faut noter que des personnalités ont rehaussé de leur présence cette cérémonie, notamment la Représentante de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire Mme Joséphine Charlotte Mayuma Kala, L’ambassadeur du Niger Son Excellence Moussa Aloua, l’ambassadeur de la Fédération de Russie Son Excellence Vladimir Baykov, le gouverneur du District Autonome de Yamoussoukro M. Augustin Thiam, le préfet du département de Yamoussoukro M. Brou Kouamé et des dignitaires religieux. 

Photos

Assemblée Générale de la Section ivoirienne de l’Association des Historiens Africains

 Les 5 et 6 mai 2017, la section ivoirienne de l’Association des Historiens Africains (AHA) a tenu son assemblée générale au siège de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à Yamoussoukro. Cette rencontre a réuni une cinquantaine d’historiens ivoiriens. L’AHA est une association panafricaine née en 1972 à Dakar au Sénégal dont le but est de réunir les enseignants et chercheurs historiens de tout le continent. Les points abordés au cours des travaux de cette assemblée générale ont été :

  • l’examen et l’adoption des statuts et du règlement intérieur de la section ivoirienne,
  • les propositions de thèmes et la mise en place d’un comité local d’organisation du Vème congrès de l’AHA prévu en novembre 2017 en Côte d’Ivoire,
  • et l’élection du Bureau National de la section ivoirienne.

Le professeur Kouamé Aka de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody (Abidjan) a été élu président du Bureau National de la section ivoirienne de l’AHA. Le nouveau président a promis de rassembler tous les historiens ivoiriens et d’améliorer la visibilité de la recherche historique en Côte d’Ivoire.

Il faut souligner que cette assemblée générale s’est déroulée en présence du professeur Henriette Dagri Diabaté, Grande chancelière de l’Ordre National et première présidente de la section ivoirienne de l’AHA. Elle a salué la reprise des activités des historiens ivoiriens.

Photos

Les membres du Club de Paix et de Non-Violence de l’Université de Daloa formés

Un séminaire sur le thème : "Les étudiants s'engagent pour la promotion de la Culture de la Paix, de la Démocratie, des Droits de l'Homme et de la Réconcilliation" s’est tenu les 13 et 14 avril 2017 à Yamoussoukro, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix. Il a réuni trente-sept étudiants, tous membres du club de paix et de non-violence de l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa. Les communications ont été faites sur les thèmes suivants :

  • l'éducation aux valeurs de la culture de paix,
  • la mobilisation communautaire,
  • et le dialogue social et le plaidoyer.

Dr Diénéba Doumbia, Directrice du Département de la recherche de la paix a expliqué qu’éduquer à la paix, c’est éduquer aux valeurs politiques, juridiques, sociales et écologiques. Elle a insisté sur l’importance de l’engagement dans la vie étudiante. Un tel engagement est créateur d’un espace public et de lien social. Prenant la parole, le point focal du club de paix et de non-violence Dr Jean Jacques Sery, a adressé au nom de la Présidente de l’Université Jean Lorougnon Guédé ses sincères remerciements au Secrétaire général de la Fondation FHB et à son personnel qui ont mis tout en œuvre pour la réussite de ce séminaire. Aussi, a-t-il affirmé que les membres du club de paix seront outillés pour véhiculer le message de paix après cette formation. Il a aussi remercié le Centre Régional des Œuvres Universitaires de Daloa (CROU-D) qui les a accompagnés tout au long de ce voyage d’étude et de formation. Le séminaire a par ailleurs formulé des recommandations à l’endroit de la Fondation Félix-Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, à l’Université, à l’État.

Photos

Des étudiants de l’Université Méthodiste de Côte d’Ivoire formés

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a organisé un séminaire sur le thème : "Les étudiants s'engagent pour la promotion de la Culture de la Paix, de la démocratie, des droits de l'Homme et de la Réconcilliation" le 14 avril 2017 à Yamoussoukro. Ce séminaire a réuni soixante-trois participants venant de L'Association des étudiants de l'Université Méthodiste de Côte d’Ivoire (UMCI). Les étudiants de l'UMCI ont suivi avec grand intérêt la formation dispensée sur l’éducation à la culture de la paix. En se référant à la vie associative, Dr Diénéba Doumbia, Directrice du Département de la recherche de la paix, a rappelé que l’engagement étudiant a une grande importance de nos jours parce qu’il est essentiel pour le fonctionnement de la démocratie et de la vie publique. Au terme de ce séminaire, Mme Lobo Florence, chargée du social a remercié les membres de la Fondation pour leur disponibilité et surtout pour l’effort appréciable dans la formation de la jeunesse et en particulier pour les étudiants de l’Université Méthodiste. Selon elle, les enseignements qu’ils ont reçu participeront à forger leur être intérieur, à faire d’eux des artisans de paix et des acteurs de développement économique. En effet, un pays où il n'y a pas de cohésion sociale est appelé à disparaître. Les séminaristes ont formulé des recommandations à l’endroit de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, à l'Université et à l'État et ont proposé des actions à mener sur le terrain.

Photos

Lancement du Prix Félix Houphouet-Boigny de la Recherche

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a procédé au lancement du prix dénommé "Prix Félix Houphouët-Boigny de la Recherche" au cours d’une cérémonie officielle qui s’est tenue le 23 mars 2017 à Abidjan, en présence de M.Guillaume Houphouët-Boigny, invité d’honneur et du Pr. Bonny Jean Sylvain, représentant Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

En effet, la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la Recherche de la Paix a créé ce prix afin de distinguer les mémoires de masters et les thèses portant sur la vie, la pensée, l’action et l’œuvre du Président Félix Houphouët-Boigny. Ce prix sera décerné par un jury international présidé par Pr. Daniel Baha Bi Youzan, doyen de l’UFR des Sciences de l’Homme et de la société de l’université Félix Houphouët-Boigny. Les lauréats recevront une dotation de 500 000 F CFA pour les masters et d’un million de francs CFA pour les thèses. Les travaux primés seront publiés par les éditions de la Fondation FHB (les Éditions FHB).

Dans son allocution, le secrétaire général de la Fondation FHB a renouvelé ses sincères remerciements et sa profonde gratitude au Président de la République SEM. Alassane Ouattara qui vient d’attribuer à la Fondation Houphouët-Boigny la radio ONUCI FM rétrocédée à l’Etat de Côte d’Ivoire par les Nations unies. Il a par ailleurs salué la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a approuvé la création de ce prix et lui accorde son soutien bienveillant. "Elle a sagement conseillé de nous limiter d’abord aux universités de Côte d’Ivoire, avant d’envisager une extension aux universités d’Afrique et pourquoi pas du monde" a-t-il confié. Pr. Jean-Noël Loucou a également exprimé sa profonde gratitude aux éminents membres du jury qui sont des universitaires de renom qui garantissent l’impartialité, la crédibilité et la scientificité du prix.

Les mémoires et thèses soumis à ce jury doivent avoir été soutenus entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2017. Les étudiants intéressés peuvent se procurer le formulaire de candidature auprès de M. le Secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, au siège de la Fondation à Yamoussoukro, à l’Annexe d’Abidjan, Immeuble Atta, tour B, au rez-de-chaussée, au Plateau, ou par courrier électronique à l’adresse : prixderecherchefhb@fondation-fhb.org.

Le dossier d’inscription est également téléchargeable sur le site Internet de la Fondation : www.fondation-fhb.org

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 janvier 2018 à 16 heures.

Télécharger le dossier de candidature

Transfert de la Radio ONUCI-FM à la Fondation FHB depuis le 1er mars 2017

Mme Aïchatou Mindaoudou (à gauche), Représentante Spéciale du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire et Prr. Jean-Noël Loucou (à droite), Secrétaire Général de la FONDATION FHB pendant l'émission spéciale portant sur la "Radio de la Paix" le 22 février 2017 à Abidjan.

Depuis le 1er mars 2017, ONUCI-FM est devenue la "Radio de la Paix", une nouvelle radio qui est dirigée par la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix. L’information avait été donnée dans un communiqué de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Le document notait que cette initiative entrait dans le cadre du transfert des activités résiduelles de l'ONUCI afin de consolider les acquis dans le domaine de la communication et qu’elle avait été recommandée par le Secrétaire Général des Nations Unies dans son rapport spécial sur l'ONUCI, le 31 mars 2016, au Conseil de sécurité, qui l’a acceptée.

Au cours d’une émission spéciale portant sur la nouvelle radio et diffusée le 22 février 2017, la chef de l’ONUCI Mme Aichatou Mindaoudoua indiqué : "Je pense que ce protocole qui a été signé entre les Nations unies et la Fondation est un protocole international qui définit clairement les obligations de chacun, les moyens de coopération et les conditions qui doivent être remplies pour que les trois principes essentiels qui sont l’impartialité, l’inclusivité et l’indépendance soient respectées. Ce protocole en lui-même est une garantie que le professionnalisme qui a existé à Onuci-Fm va exister à la radio de la paix."

Pour sa part, le secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, Pr. Jean-Noël Loucou a déclaré au cours de cette même émission : "La Fondation a l’ambition de positionner la radio de la paix comme un vecteur des valeurs qui étaient chères au père fondateur de la Côte d’Ivoire le Président Félix Houphouët-Boigny c'est-à-dire l’unité, le dialogue, la paix et le maintien de la cohésion sociale. Toutes les dispositions ont été prises pour assurer dans les meilleurs délais possibles le transfert et la durabilité de cette radio."

Première Édition du Tournoi de la Fraternité

Dans le cadre des festivités de fin d’année 2016, la cellule socioculturelle de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, par le biais de sa Commission Sport dirigée par M. Tié Bi Lucien, a organisé un tournoi de football dénommé "Tournoi de la fraternité" le vendredi 30 décembre 2016 à l’espace dédié aux activités sportives.

Ce tournoi avait pour objectif de développer les liens de fraternité et de renforcer l'amitié entre les travailleurs de l'institution. Cette rencontre qui a connu la mobilisation de tous s’est achevée par la remise d’un trophée à l'équipe gagnante des mains du chef du personnel M. Assoh Kadjané Christophe, suivie d"un rafraîchissement.

Des Syndicalistes formés au dialogue social et à la Culture de la Paix

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix (Fondation FHB) a organisé les 22 et 23 décembre 2016, à son siège, un séminaire de formation à l’attention des membres de la section régionale de la Centrale Syndicale Humanisme (CSH) du District Autonome de Yamoussoukro, conduite par son secrétaire général M. Adama Ouly.

Le thème de cette activité coordonnée par le Département de la recherche de la paix de ladite institution était: " la promotion du dialogue social et de la culture de la paix: quelle contribution pour les organisations professionnelles et associatives ?".

Cette rencontre avait pour objectif de fournir aux participants des mécanismes nécessaires pour satisfaire à la fois les exigences de la société en général et répondre efficacement aux attentes de leurs camarades dans leurs organisations respectives en particulier.

Dr. Diénéba Doumbia, Directrice du Département de la Recherche de la Paix, a instruit les participants sur la nécessité d’un changement de mentalité au niveau social, en passant d’une culture de la violence à un climat basé sur l’essence du dialogue et les valeurs de la paix. Elle a ajouté que l’engament de tout acteur syndical dans le sens de ces thématiques est primordial bien que leurs missions soient délicates. Les travaux ont mis l’accent essentiellement sur la démocratie et la notion du droit en vue de trouver des solutions plus pragmatiques aux difficultés réelles que rencontrent les organisations syndicales et associatives.

Ce séminaire a été un moment de partage, de convivialité et de fraternité, vu l'enthousiasme des participants qui ont décidé de devenir des faiseurs de paix et des chantres du dialogue social. La fin de ce séminaire, qui fut le point de départ d’une collaboration entre la Fondation FHB et la CSH, a été marquée par la remise de diplômes à une trentaine de syndicalistes.