Remerciements

REMERCIEMENTS

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix remercie :

Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire,

Son Excellence Monsieur Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, Président du Présidium du RHDP,

Son Excellence Monsieur Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire,

Madame Henriette Dagri-Diabaté, Grande Chancelière de l’Ordre National et Présidente du Rassemblement des Républicains (RDR),

Les représentants du Président de l’Assemblée nationale et du Président du Conseil économique, social, culturel et environnemental,

Monsieur Maurice Kouakou Bandama, Ministre de la Culture et de la Francophonie,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Son Excellence Mansour Shakib Mehr, Ambassadeur de la République Islamique d’Iran,

Madame Katherine Brucker, Chargée d’affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire,

Mesdames et Messieurs les députés, les membres du Conseil économique, social, culturel et environnemental, les président de Conseils régionaux, les maires,

Monsieur le Ministre Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef et les secrétaires exécutifs du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs les membres des instances des partis membres du RHDP,

Monsieur le Recteur de la Basilique Notre-Dame de la paix,

Monsieur l’Imam de la grande Mosquée de Yamoussoukro,

Madame la Vice-gouverneur du District autonome de Yamoussoukro,

Monsieur le Professeur Abou Karamoko, Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny,

Mesdames et Messieurs les professeurs et les chercheurs des Universités publiques de Côte d’Ivoire,

Les étudiants de l’Université Félix Houphouët-Boigny,

Les militantes, militants et sympathisants du RHDP,

Les partenaires institutionnels, commerciaux et les médias nationaux,

qui ont honoré de leur présence les journées commémoratives de l’anniversaire du Président Félix Houphouët-Boigny les 18 et 19 octobre 2017 à Abidjan et Yamoussoukro.

Le Secrétaire général

 

Jean-Noël LOUCOU

Conférence Internationale de la Paix à l’UNESCO à Paris du 26 au 28 Septembre 2017

Une Conférence internationale de la Paix s’est tenue, du 26 au 28 septembre 2017, au siège de l’UNESCO à Paris. Elle était organisée par l’Organisation mondiale des Bouddhistes (World Fellowship of Buddhists) et la délégation permanente du Royaume de Thaïlande auprès de l’UNESCO, sous l’égide du Vénérable Maître Chin Kung, Président de Pure Land Learning College Association et des Amis de Master Chin Kung à l’UNESCO. Elle avait pour thème : "Créer une société durable de la paix : un héritage du Roi Bhumibol Adulyadej". 

L'Organisation mondiale bouddhiste a, entre autres objectifs, de "travailler au bonheur, à l’harmonie et à la paix sur Terre, et collaborer avec d’autres organisations travaillant aux mêmes fins".

Invitée à cette conférence, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix a été représentée par son Secrétaire général, le professeur Jean-Noël Loucou.

Trois jours durant, des participants venus des cinq continents ont débattu des voies et moyens de créer une société durable de la paix. Des communications, des panels, des échanges d’expériences ont porté sur l’éducation inter-religieuse, l’inter religion et la résolution des conflits, la nature, l’être et la foi, la contribution de la culture traditionnelle pour l’être humain.

La première journée a été marquée, dans la matinée, par la cérémonie d’ouverture qui a permis de rendre hommage au défunt Roi de Thaïlande. Tour à tour se sont exprimés le président du Conseil exécutif de l’UNESCO, l’ambassadrice du Salvador, présidente du groupe G 77 + la Chine, la présidente du Groupe Asie-Pacifique, la directrice générale de l’UNESCO, madame Irina Bokova, le Vénérable Maître Chin Kung, les représentants de l’Organisation mondiale bouddhiste de Chine, d’Australie, de la Corée du Sud, de Malaisie, du Népal, des Etats-Unis, de Thaïlande.

L’après-midi a été consacré au débat sur l’héritage du Roi Bhumibol Adulyadej, avec les interventions des professeurs Steve Young de l’université de Harvard, Titus Lebert de l’université de Vienne et du vénérable Phra Anil Sakya.

La deuxième journée a permis d’écouter une communication du professeur Yuli Liu sur "les principes directeurs de la Chine antique". Puis a suivi une table ronde avec les ambassadeurs de l’UNESCO sur l’éducation inter-religieuse. Le Secrétaire général de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche a fait une communication sur "le projet d’Ecole Panafricaine de la Paix et le dialogue inter-religieux dans le processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire". Les débats de l‘après-midi ont porté sur l’inter religion et la résolution des conflits, sur les religions (Christianisme, Bouddhisme, Islam) et l’environnement.

La troisième et dernière journée de la conférence a commencé par une cérémonie internationale du souvenir ancestral. Puis a été débattue l’expérience de l’Organisation mondiale des Bouddhistes, avec des études de cas, notamment le Pure Land Collège de Toowoomba en Australie. L’après-midi, une discussion a porté sur le renforcement de l’éducation religieuse et de l’harmonie sociale vers une meilleure compréhension et acceptation.

Un exposé, avec projection d’un documentaire, a permis une présentation de l’expérience sur la cristallisation de l’eau qui montre comment la pensée agit sur l’environnement. La cérémonie de clôture de la conférence a été marquée par les allocutions du représentant de l’UNESCO, du président de l’Organisation mondiale des bouddhistes et du Vénérable Maitre Chin Kung.

En marge des travaux de la conférence, le Secrétaire général de la Fondation a eu un entretien avec le Vénérable Maître Chin Kung, et des séances de travail avec la déléguée permanente de la Côte d’Ivoire à l’UNESCO, l’ambassadrice Denise Houphouët-Boigny, le directeur du Département Afrique de l’UNESCO, M. Firmin Matoko, avec le Chef de la section développement des médias et société, Mme Mirta Lourenço et le professeur autrichien Titus Lebert.

L’UNESCO a réitéré son soutien pour le projet d’Ecole Panafricaine de la Paix, et pour l’organisation de la Journée mondiale de la radio 2018 au siège de la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro.

Conférence sur la Diversité Culturelle et la Culture de la Paix

Le 25 août 2017, la Directrice du Département de la recherche de la paix de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, Dr Diénéba Doumbia, a prononcé une conférence à l’endroit des leaders de la communauté Djimini-Djamala et de leurs alliés en marge de "la Journée de la diversité culturelle et de la culture de la paix à Yamoussoukro".

Cette conférence qui a porté sur la diversité culturelle et la culture de la paix, a regroupé environ 60 participants provenant des différentes communautés vivant à Yamoussoukro et dans les localités environnantes.

Cette rencontre a été organisée par l’Amicale des Djimini-Djamala en collaboration avec la Fondation Felix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, sous le haut parrainage du ministre du commerce, de l’artisanat et de la promotion des PME, M. Souleymane Diarrassouba, représenté par l’Honorable Aboulaye Traoré. Elle avait pour objectif de promouvoir la diversité culturelle qui est une des valeurs de la culture de la paix. Aussi était-ce l’occasion de montrer la contribution des alliances à plaisanterie dans la recherche de la paix.

Dr Doumbia a, dans son exposé, exprimé sa satisfaction de voir se tenir la journée dédiée à la valorisation de la diversité culturelle. En effet, à l’heure de la réconciliation, l’on peut se réjouir de cette heureuse initiative qui a mobilisé d’une façon exceptionnelle des communautés de Yamoussoukro et particulièrement des autorités administratives et politiques, des chefs traditionnels et religieux, et des journalistes attentifs à la problématique de la culture de la paix et du vivre-ensemble. Ils sont venus de loin pour participer à la célébration de cette journée de la fraternité, de la cohésion sociale et de la culture de la paix. Elle a également précisé que nous devons préserver notre identité culturelle tout en nous engageant dans une interaction positive avec les autres cultures. Pour elle, la diversité culturelle peut constituer un facteur de rapprochement des peuples, d’entente, de coexistence pacifique et de développement.

La Journée dédiée à la diversité culturelle et à la culture de la paix, s’est achevée par un festival de danses où chaque communauté a fait des démonstrations de pas de danses pour exprimer sa spécificité culturelle tout en magnifiant l’entente entre les peuples.

Photos de l’atelier régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix

Photos de l’atelier régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix

ISESCO : atelier régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix

L’Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) a organisé, du 3 au 6 juillet 2017 dans son Centre régional pour l’Éducation à la Culture de la Paix (CRECP), basé à Yamoussoukro, un atelier de formation régional sur l’engagement des femmes leaders dans la promotion de la culture de paix. Cet atelier s’est déroulé sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en collaboration avec la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

L’atelier visait à promouvoir la participation des femmes à la prise de décision et à la consolidation de la culture de paix, ainsi qu’à appuyer leur rôle de médiatrices de dialogue et de paix en Afrique dans les domaines de l’éducation, de la politique, de l’économie, de la culture et du dialogue entre les adeptes des religions.

Ont pris part à cet atelier plusieurs femmes parlementaires, présidentes d’universités, chercheurs, journalistes, éducatrices et responsables des associations et groupements féminins, ainsi que des femmes œuvrant dans l’audiovisuel et les réseaux sociaux venant des États africains suivants : Bénin ; Burkina Faso ; Côte d’Ivoire ; Guinée Conakry ; Mali ; Niger ; Togo ; Sénégal et Gabon.

L’ISESCO était représentée à cet atelier par Mme Mariama Niang, spécialiste de programmes à la Direction des Sciences humaines et sociales.